Coronavirus : "On aura plus de mal que d’autres pays à relancer l’économie"

·1 min de lecture

L'économie française va-t-elle réussir à se relever de la crise sanitaire du coronavirus ? Alors que l'option d'un reconfinement est plus que jamais sur la table du gouvernement, selon les informations d'Europe 1, l'ancien PDG d’EDF et Veolia, Henri Proglio, estime qu'"on aura plus de mal que d’autres pays à relancer l’économie". Invité d'Europe Soir mardi à l'occasion de la publication de ses mémoires Les Joyaux de la Couronne aux éditions Robert Laffont, celui qui est l'un des visages de l'industrie française avance que les prochaines années vont être difficiles pour le pays. 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 27 octobre

"L'abandon plus ou moins programmé du nucléaire a été une catastrophe"

Alors que la France a perdu sur les vingt dernières années 40% de ses entreprises industrielles, soit entre 2 et 3 millions d'emplois directs, le plan de relance imaginé par le gouvernement entend inverser la vapeur et relocaliser l'industrie en y consacrant 35 milliards d'euros. Un processus qui sera long et complexe, selon Henri Proglio qui rappelle que ce "sont des secteurs d'expertise, d'excellence que l'on a laissé filer, le nucléaire en tête". Pour l'ex PDG d'EDF et Veolia, c'est d'ailleurs un crève-cœur : "l'abandon plus ou moins programmé du nucléaire a été une catastrophe, on en subit les conséquences aujourd'hui et on va encore plus voir demain".

"Un triste spectacle", au moment où "cette industrie va connaître un nouveau rebond", ajout...


Lire la suite sur Europe1