Coronavirus: Aung San Suu Kyi lance un concours de masques sur Facebook

En Birmanie, la dirigeante Aung San Suu Kyi a réactivé un compte personnel sur Facebook. L’occasion pour la prix Nobel de la paix de relancer, en cette période de Covid-19, sa campagne en vue des élections générales prévues à l’automne 2020.

De notre correspondante à Rangoun,

Les messages publiés sur la page personnelle de la dirigeante birmane concernent uniquement la pandémie de Covid-19. Une des dernières publications par exemple d’Aung San Suu Kyi, c’est celle où la dirigeante lance un concours de photos de masques faits maison en coton, avec des prix pour les photos qui recevront le plus de mention j’aime par les autres utilisateurs. Aung San Suu Kyi doit, elle, publier une photo de son propre masque dans les prochains jours.

Alors quasiment tous les jours, il y a une nouvelle publication sur son compte personnel. Cela peut être simplement un message, qui se retrouve le lendemain en première page du journal officiel. C’est souvent aussi la retransmission d’une vidéo en direct où elle discute avec des Birmans impliqués dans la lutte contre le Covid-19, des patients, des soignants, des responsables gouvernementaux locaux.

Les élections de 2020 incertaines pour Aung San Suu Kyi

La dirigeante est très populaire en Birmanie, et ses publications sont très suivies. Le fait qu’elle s’exprime en personne permet sans doute de mobiliser la population birmane contre le Covid-19. Mais on l’a dit, les élections générales arrivent bientôt. Si le parti de la dirigeante avait fait un raz-de-marée en 2015, cela s’annonce plus incertain en 2020. Alors, avant que l’épidémie ne se déclare en Birmanie, fin mars, Aung San Suu Kyi multipliait les déplacements, même si ce n’était pas officiellement une campagne politique.

Mais aujourd’hui, rencontrer les foules est impossible à cause du coronavirus. Selon un journaliste birman interrogé par RFI, c’est donc une stratégie politique pour maintenir un lien - direct - avec la population en vue des élections, sans passer par un intermédiaire, comme le journal officiel par exemple. Et puis, en incarnant le combat de la Birmanie contre le Covid-19, Aung San Suu Kyi occupe l'espace à l’armée qui de son côté a aussi communiqué à plusieurs reprises pour mettre en avant l’aide apportée par les militaires pour lutter contre l’épidémie.

Facebook devenue une source d'informations

En tout cas, le réseau social Facebook reste un outil très populaire pour communiquer, notamment dans le cadre du Covid-19. Même le ministère de la Santé birman annonce les nouveaux cas de coronavirus sur Facebook. On estime que 22 millions de personnes utilisent le réseau social en Birmanie, sur une population de 24 millions. C’est donc une plateforme de communication, mais aussi une source d’informations pour beaucoup de Birmans.

Cela pose d'ailleurs le risque des fake news, et de leurs conséquences : Facebook a été par exemple accusé d’avoir propagé la haine contre la minorité musulmane des Rohingyas, une minorité victime d’un nettoyage ethnique en 2017 qui a poussé plus de 700 000 personnes à fuir au Bangladesh. Et ce risque de fake news, de discours de haine et de fausses rumeurs sur les réseaux sociaux inquiète aussi dans la perspective des élections de 2020.