Coronavirus: au Sénégal, mises en garde contre les «sketchs du Ramadan»

Á cause de la pandémie, les musulmans sénégalais ne pourront pas prier dans les mosquées, ni rompre le jeûne avec de grands repas partagés, alors que le Ramadan débute ce 25 avril. Le couvre-feu est maintenu de 20h à 6h du matin. Même les « sketchs du Ramadan », ces vidéos humoristiques diffusées toute la nuit à la télévision, seront restreints. Certaines autorisations de tournage ont été suspendues et le Conseil de régulation de l’audiovisuel met en garde sur les contenus qui pourraient nuire aux efforts de riposte.

C’est une des traditions du Ramadan au Sénégal : chaque soir, des mini-séries – souvent entrecoupées de publicités – rassemblent les familles devant la télévision, au moment de la rupture du jeûne. Et chaque année, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) appelle au respect des sensibilités, notamment religieuses.

Pour cette édition 2020, son président Babacar Diagne demande encore plus de vigilance. « Il faut faire attention à la stigmatisation, prévient-il. Les personnes infectées ne doivent pas être stigmatisées, [tout comme] les villes infectées. » Babacar Diagne appelle aussi à « faire attention aussi aux invités ». Selon le président du CNRA, il faut « qu’ils connaissent bien le virus » et qu'il ne soient « pas des charlatans ». « Ce sont des mises en garde. Nous n’avons pas interdit du tout la diffusion des sketchs », précise-t-il.

« On peut rigoler quand même »

De son côté, la direction de la Cinématographie a suspendu les tournages, quelque jours avant le début du mois de jeûne. La mesure, liée à l’interdiction des rassemblements, est un coup dur pour les acteurs et producteurs.

« Ce n’est pas tellement pertinent au dernier moment, parce que les acteurs sont déjà en tournage, déplore Jules Dramé, premier vice-président de l’Association des artistes comédiens du théâtre sénégalais. Certains ont même contracté des dettes et les sponsors ont investi dans les productions. Ce qu’il fallait faire, c’était les sensibiliser par rapport aux mesures barrières. En cette période de couvre-feu, cela peut aider les populations à être devant leurs postes de télévision et on peut rigoler quand même, on peut se détendre. »

A défaut, des comédiens tourneront leurs sketchs à la maison, pour les diffuser sur les réseaux sociaux.

Le Sénégal a enregistré ce vendredi 24 avril un 7ème décès, et 66 nouveaux cas de Covid-19. À ce jour, le pays compte au total 545 cas positifs, dont 275 sous traitement.

À écouter : Coronavirus: au Sénégal, les soignants face au regard des autres