Coronavirus : au plus près des Français qui travaillent durant le confinement

Avec la fin du confinement, c’est la course aux masques. A Auray (Morbihan), 200 couturières s’organisent et travaillent douze heures par jour afin de concevoir 70 000 masques destinés à protéger du coronavirus les agents territoriaux. L’objectif est qu’ils les aient dès le 11 mai, soit 25 000 masques à produire par semaine. Masques en cours d’homologation La coordinatrice du projet Usine invisible, Anne Morice, explique : "Le projet a germé il y 17 jours. Dans ce court laps de temps, on l’a imaginé, conçu et lancé. C’est une usine invisible parce que les centaines de personnes qui fabriquent ces masques le font depuis leur domicile, éparpillées dans tout le Morbihan et pas regroupées en un même lieu". Et de préciser : "Ces masques sont en cours d’homologation. Ils ont été conçus par une modéliste de Brest (Finistère) en partenariat avec les soignants et les autorités sanitaires".