Coronavirus au Nigeria : les autorités utilisent la crise sanitaire pour tenter de fermer les écoles coraniques

·1 min de lecture

Depuis des années, la volonté des autorités du nord du Nigeria de fermer les madrassas se heurte aux traditions et au poids des religieux. Mais après la fermeture des écoles pour cause de coronavirus, 19 Etats ont annoncé que ces établissements coraniques ne rouvriraient pas.

Nous voulons interdire ce système. Nous souhaitons que chaque enfant soit auprès de ses parents

Nasir Ahmad El-Rufai, gouverneur de l'Etat de Kano

à l'AFP

Les Nations unies estiment que 1,5 million d'enfants sont scolarisés dans ces centres islamiques informels dans le seul Etat de Kano, le plus peuplé du nord du Nigeria, avec 14 millions d'habitants. Mais les chefs traditionnels estiment qu'ils pourraient être près de 3 millions d'enfants condamnés à la mendicité pour survivre. Ils sont des dizaines de millions d'autres à travers tout le Nord musulman.

Conditions extrêmes

La scolarité dans ces établissements est gratuite, mais les enfants, envoyés par leurs parents à partir de six ans, doivent se débrouiller pour se nourrir, s'habiller, et dorment à même le sol, sur les nattes de prière, dans des conditions extrêmement précaires et insalubres. Les écoles coraniques ne sont soumises à aucune surveillance des autorités et, en 2019, la découverte de certains centres de "redressement" pour enfants ou jeunes toxicomanes, ou de personnes présentant des troubles psychiatriques envoyées par leur (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi