Coronavirus au Brésil: Bolsonaro campe sur ses positions malgré le cap des 100 000 morts

·1 min de lecture

Le Brésil a dépassé ce week-end le cap des 100 000 morts dus au Covid-19. De nombreux hommages ont été rendus aux victimes et à leurs familles. Le président Jair Bolsonaro a préféré jouer la carte de la polémique.

Avec notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard

« Je regrette tous les décès, quelle qu’en soit la cause », a déclaré Jair Bolsonaro, sans mentionner le coronavirus. Le président brésilien a tenté de dédramatiser la crise, tout en accusant les médias d’en rajouter, et de « célébrer la marque des 100 000 morts d’une manière lâche et irrespectueuse, comme si c’était une finale de coupe du monde ».

La veille, le président s’était lui-même réjoui de la victoire de son équipe favorite, lors de la finale du championnat de football local. Il accuse les partisans du confinement de provoquer une grave crise économique sans parvenir à diminuer le nombre de victimes.

Mais si d’un côté, ce « négationnisme de Jair Bolsonaro » est très critiqué, il semble également lui garantir une certaine popularité. Selon un récent sondage, l’action de son gouvernement aurait le soutien de 45% des personnes interrogées, et sa cote personnelle serait également en hausse grâce à un programme d’aide financière pour des dizaines de millions de Brésiliens.

► À lire aussi : Le Brésil face au coronavirus: autoritarisme et politique de déni