Coronavirus : les anticorps de lama n'ont pas dit leur dernier mot

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Il y a quelques mois, Winter le lama avait permis d’identifier des nano-anticorps (VHH), des anticorps très petits à une seule chaîne produits par les camélidés, qui neutralisaient le SARS-CoV-2.

Une publication dans Science, parue le 5 novembre, décrit une histoire similaire, sauf que les chercheurs de l’université de Pittsburgh ont choisi un autre lama, Wally. Ils ont aussi utilisé une approche différente qui a permis d’isoler des nano-anticorps dont le pouvoir neutralisant est, selon eux, 100 à 1.000 fois plus importants que ceux de Winter.

Wally le lama. © Sonya Paske, Capralogics Ltd
Wally le lama. © Sonya Paske, Capralogics Ltd

Des petits anticorps extraits des lamas

Wally a été immunisé avec la partie de la protéine S qui reconnaît le récepteur cellulaire, le receptor binding domain (RBD). Environ deux mois plus tard, les scientifiques ont extrait de son plasma les fameux nano-anticorps.

Dans l’expérience faite sur Winter, les nano-anticorps les plus affins pour la protéine S du SARS-CoV-2 ont été identifiés par la technique phage display. Ici, c’est une technique basée sur la spectroscopie de masse qui a été privilégiée, permettant l’identification de plusieurs milliers de nano-anticorps de haute affinité.

Trois nano-anticorps se détachent : Nbs 89, 20 et 21. La capacité neutralisante de ce trio a donc été testée lors d’une expérience permettant de déterminer la quantité nécessaire pour neutraliser 50 % (IC50) des dégâts cellulaires induits par le virus in vitro. Il s’avère qu’il faut une très faible quantité de ces nano-anticorps pour atteindre l’IC50, de l’ordre du nanomolaire (0,045 nM pour le plus efficace).

Un modèle 3D d'un nano-anticorps (violet) fixé sur la protéine S du SARS-CoV-2 (gris). © UPMC
Un modèle 3D d'un nano-anticorps (violet) fixé sur la protéine S du SARS-CoV-2 (gris). © UPMC

Une liaison particulière au receptor binding domain

Nbs 21 est le nano-anticorps le plus neutralisant parmi ceux identifiés dans le plasma de Wally. La façon particulière qu’il a de se fixer au RBD semble en être la cause. Grâce à l’analyse de la structure cristallographique du complexe Nbs21-RBD, il...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura