Coronavirus: Vers des amendes de £5.000 pour les vacanciers qui quittent l'Angleterre

par Sarah Young
·2 min de lecture
CORONAVIRUS: VERS DES AMENDES DE £5.000 POUR LES VACANCIERS QUI QUITTENT L'ANGLETERRE

par Sarah Young

LONDRES (Reuters) - Les voyageurs quittant l'Angleterre pourraient dans un avenir proche devoir s'acquitter d'une amende de 5.000 livres (5.785 euros) après l'adoption d'un dispositif qui vise à décourager les voyages non essentiels et à protéger le pays contre les infections de COVID-19 importées.

La nouvelle a déçu des millions de personnes qui espéraient partir durant les vacances d'été et a fait chuter les actions du secteur du voyage - notamment easyJet, British Airway-owner, Jet2 et TUI - de 4,4 à 5,3% à la mi-journée.

Le Royaume-Uni connaît l'un des pires bilans human de l'épidémie au monde, mais les décès et les infections diminuent rapidement et le succès de la campagne de vaccination a redonné confiance à la population et à l'économie.

Mais alors qu'un assouplissement progressif du confinement doit commencer à partir de ce week-end, le gouvernement a prévenu ses ressortissants qu'ils pourraient devoir sacrifier leurs vacances à l'étranger.

"Nous voyons cette troisième vague se lever dans certaines parties de l'Europe et nous voyons également de nouvelles variantes et il est très important que nous protégions les progrès que nous avons pu faire ici au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé, Matt Hancock, à Sky News.

PROLONGER L'INTERDICTION?

Le Royaume-Uni interdit actuellement tout voyage à l'étranger, sauf pour raisons professionnelles, de santé ou pour les études. Toutefois, le gouvernement doit réexaminer cette interdiction en avril.

La législation, qui a été présentée au Parlement lundi, sera votée lors de la session de jeudi et, si elle est approuvée comme prévu, entrera en vigueur le 29 mars, a-t-il ajouté.

Elle ne s'applique qu'à l'Angleterre, mais l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord pourraient suivre.

Le secteur du voyage britannique a perdu plus de 45.000 emplois et le nombre de passagers du plus grand aéroport, Heathrow, est tombé à son plus bas niveau depuis 1966 pendant la crise.

La révision du gouvernement, qui aura lieu le 12 avril, devrait introduire un système dans lequel les pays sont classés en "vert" ou "rouge", selon le risque.

(Version française Kate Entringer)