Coronavirus en Algérie : la semoule, les spéculateurs et les cyberpoliciers

franceinfo avec AFP

Spéculation, marché noir, rumeurs... Souvent des spéculateurs cherchent à profiter des crises pour s'enrichir. L'épidémie de Covid-19 n'échappe pas à la règle en Afrique du Nord, déclenchant une répression tous azimuts. Depuis plus de deux semaines, les 44 millions d'Algériens font face à une sévère pénurie de semoule à la suite d'achats massifs de cette denrée de base provoqués par une rumeur très relayée sur Facebook faisant état d'une rupture des stocks.

Jamais de ma vie je n'ai acheté un sac de semoule de 25 kilos, mais là j'ai peur que la situation n'empire et que les boulangers baissent rideaux par peur de la maladie

Fawzi, entrepreneur

à l'AFP

"Il s'agit d'un réflexe humain. La population surstocke, mais certains tentent (aussi) d'en profiter", déclare à l'AFP Karim Khelouiati, un expert en cybersécurité qui surveille le web. Le président Abdelmadjid Tebboune a eu beau tenter de rassurer, évoquant des stocks de semoule suffisants "pour quatre ou cinq mois", des foules s'agglutinaient devant les minoteries pour s'approvisionner directement.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi