Coronavirus: alerté sur la pénurie de masques, le gouvernement n'a pas reconstitué les stocks

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Alerté sur la pénurie, le gouvernement a choisi de ne pas reconstituer le stock de masques (photo d'illustration de Buzyn et Philippe à l'Assemblée nationale)
Alerté sur la pénurie, le gouvernement a choisi de ne pas reconstituer le stock de masques (photo d'illustration de Buzyn et Philippe à l'Assemblée nationale)

POLITIQUE - “Mensonge d’État.” Libération ne prend pas de pincettes dans son édition du 28 avril et dénonce, avec plusieurs éléments à l’appui, le fiasco du gouvernement à propos des masques de protection. Une incurie cachée par l’exécutif, selon le quotidien, grâce au prétexte d’un débat scientifique sur l’utilité de ces protections pour la population.

Car au début de l’épidémie de coronavirus, les responsables sanitaires nationaux -du directeur général de la Santé Jérôme Salomon, au ministre de la Santé Olivier Véran- n’ont cessé de se relayer dans les médias pour dire qu’il n’y avait aucun risque de manque. Et ce en dépit des témoignages toujours plus alarmants de professionnels de santé travaillant sans protection au contact des malades. 

La situation de quasi-pénurie a désormais été reconnue par le gouvernement, qui s’est employé à commander des masques à la Chine notamment. Reconnue, mais pas assumée pour autant. Les stocks sont trop bas? La faute aux dirigeants précédents et à un changement de doctrine en la matière, répétaient à l’envi les membres du gouvernement, le ministre de la Santé en tête. Libération montre, ce mardi, que c’est en partie faux. 

“Il a été décidé à ce moment-là de ne pas reconstituer le milliard de masques”

Le quinquennat de François Hollande n’a certes pas été exemplaire sur la question des masques. Selon le quotidien, une seule commande de 100 millions d’exemplaires (sur cinq prévues normalement) a été passée pendant la présidence du socialiste. 

La ministre de l’époque Marisol Touraine confirme à demi-mot ne pas avoir concentré ses achats sur les masques, alors que sévissait notamment le virus Ebola. Reste que sur le stock de 700 millions d’exemplaires mis en avant par l’ancienne ministre, seuls 100 millions étaient encore utilisables à la fin du mandat de François Hollande. 

Un niveau alarmant dont le gouvernement d’Édouard Philippe avait conscience. L’ancien directeur de Santé publique France de 2016 à 2019 François Bourdillon...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles