Coronavirus : Agnès Buzyn a défendu son bilan devant les députés

Face aux députés, Agnès Buzyn a dû rendre des comptes et s’expliquer sur sa gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19, qui a fait près de 30 000 morts en France, devant la Commission d'enquête de l'Assemblée nationale mardi 30 juin. L’ancienne ministre de la Santé assure qu’elle a pris très tôt la mesure de la gravité de l’épidémie. "Ce que nous avons mis en place, au ministère de la Santé depuis le 10 janvier, est sans commune mesure, en tous les cas en terme d’anticipation avec ce que j’ai vu, notamment dans les autres pays", a-t-elle assuré devant les députés. Un aveu sur les masques Pourtant, le 24 janvier dernier, Agnès Buzyn se montrait peu alarmiste quant à la diffusion du virus en France. "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan (Chine) est modéré. Il est maintenant pratiquement nul puisque la ville, vous le savez, est isolée", déclarait-elle au Conseil des ministres. En coulisses, elle affirmait pourtant être très consciente du risque. Sur la question des masques, Agnès Buzyn a reconnu qu’elle ignorait la faiblesse des stocks. Elle a fait remarquer qu’elle avait quitté le gouvernement le 17 février alors que la France n’était qu’au début de l’épidémie.