Coronavirus en Afrique : le déconfinement se heurte au non-respect des gestes barrières

Martin Mateso

Après plusieurs semaines de sévères restrictions imposées par la crise du Covid-19, l'heure est au déconfinement progressif dans plusieurs capitales africaines. Depuis le 15 mai, les Ivoiriens sont de retour dans leurs "maquis", ces bars-restaurants très populaires à Abidjan. Il était grand temps. "Je suis contente. On se défoule, on se relaxe. On en avait besoin", confie une cliente à l'AFP. Le soulagement est général. Mais dans cette euphorie, certains ont du mal à respecter les mesures barrières mises en place par les autorités. De quoi susciter la peur de ceux qui restent lucides et qui reviennent dans ces lieux publics sur la pointe des pieds.

L'espacement des tables n'est pas respecté. Les gens ne portent pas de masques, sauf quand des policiers arrivent pour un contrôle

Un client dans un maquis d'Abidjan

à l'AFP

Au Cameroun, les débits de boisson, les restaurants et les lieux de loisirs sont de nouveaux accessibles. Les autorités ont même levé la mesure réduisant le nombre réglementaire de passagers dans les transports en commun, dans les bus et les taxis. A Douala, la capitale économique, les marchés sont bondés et rares sont les habitants qui portent des masques en public. Certains Camerounais dénoncent un relâchement inacceptable.

C'est le désordre total. Et les gens s'y sont habitués. Regardez dans les bars, les gens s'embrassent. Ils se parlent bouche-à-bouche. Il y a une véritable (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi