Coronavirus: le gouvernement ne dit pas "toute la vérité" pour 71% des Français - SONDAGE EXCLUSIF

Romain Herreros
Édouard Philippe à l'Assemblée nationale ce mardi 31 mars (illustration). 

POLITIQUE - Le gouvernement a beau jouer la transparence, publier des chiffres mis à jour quotidiennement, multiplier les prises de parole pour assurer aux Français un suivi de la progression de l’épidémie de coronavirus et s’inspirer de ce qui se fait chez ses partenaires européens, rien n’y fait.

La défiance envers la parole de l’exécutif reste très forte, selon une enquête réalisée par YouGov pour Le HuffPost. Selon cette étude effectuée entre le 30 et le 31 mars, 71% des Français répondent “non” à la question “pensez-vous que le gouvernement a dit toute la vérité sur l’épidémie de coronavirus”.

Un chiffre qui monte à 92% chez les sympathisants du Rassemblement national, visiblement sensibles à la rhétorique du “mensonge d’État” martelée depuis le début de la crise sanitaire par la présidente du parti, Marine Le Pen. Autre chiffre qui a de quoi interpeller l’exécutif: 67% des sondés estiment “que le gouvernement a dissimulé l’ampleur de la crise”. Là encore, ce sont les électeurs du RN qui occupent le haut du pavé de la défiance, puisqu’ils sont 89% à l’affirmer.

Des errances qui se paient cash

S’il est difficile d’établir avec certitude les raisons ayant conduit à un tel niveau de soupçon en insincérité, plusieurs éléments liés à la crise peuvent être utiles à la lecture de ces résultats. En premier lieu, les couacs de la communication gouvernementale (et plus précisément les propos parfois contradictoires sur les besoins et l’utilité des masques) n’ont pas été de nature à tisser une relation de confiance entre l’exécutif et l’opinion sur ce sujet très anxiogène.

Aussi, les propos accablants d’Agnès Buzyn au Monde ont renforcé la thèse d’un gouvernement ayant minimisé la crise. Outre ces errances de communication qui se paient cash, d’autres études menées ces derniers jours montrent que la crise du sanitaire s’accompagne d’une crise de confiance envers les autorités, favorisant ainsi les théories du complot. Enfin, ces chiffres sont à mettre en parallèle avec ce...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post