Covid-19 : 45% des salariés" du secteur privé "ont fait du télétravail

·2 min de lecture

Après bientôt deux semaines de confinement, la ministre du Travail a fait un point sur le télétravail. "Au total, 45% des salariés" du secteur privé "ont fait du télétravail et 23% l'ont fait à 100% du temps", a-t-elle précisé.

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a affirmé mardi au Parisien que les salariés pouvant télétravailler l'avaient fait "en moyenne" la semaine dernière un jour de plus que la semaine précédente, à la fin de laquelle le reconfinement avait commencé. "En moyenne, ceux qui ont télétravaillé la semaine dernière l'ont fait à raison de 3,7 jours contre 2,7 jours la semaine d'avant. Au total, 45% des salariés" du secteur privé "ont fait du télétravail et 23% l'ont fait à 100% du temps", précise Elisabeth Borne, en citant les résultats d'un sondage Harris Interactive réalisé la semaine dernière pour son ministère.

"Si l'on zoome sur les actifs qui disent pouvoir facilement télétravailler, 70% ont télétravaillé au moins partiellement" la semaine dernière et "45% l'ont fait à temps complet", ajoute Elisabeth Borne. "L'idée que les employeurs ne joueraient pas le jeu est donc très majoritairement fausse", en déduit-elle. Mais, d'après le sondage, parmi les salariés qui ont travaillé à 100% en présentiel dans leur entreprise la semaine dernière, 15% indiquent que leur employeur ne les a pas autorisés à télétravailler, même partiellement, alors qu'ils estiment pouvoir réaliser à distance certaines de leurs tâches.

Rappelant que "la règle" posée par le gouvernement pour le reconfinement depuis le 30 octobre est que "toutes les activités qui sont télétravaillables doivent être télétravaillées à 100%", la ministre note qu'il a fallu une "semaine test", un "temps d'organisation" dans les entreprises "pour déterminer à quoi correspondent les activités télétravaillables, ce qui peut varier d'un poste de travail à l'autre".

"Une partie (des salariés) n'a pas gardé un bon souvenir du confinement" du printemps

Toutefois, "le(...)


Lire la suite sur Paris Match