Coronavirus: Plus de 4.000 patients en réanimation en France

·2 min de lecture
CORONAVIRUS: PLUS DE 4.000 PATIENTS EN RÉANIMATION EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Plus de 4.000 patients atteints du COVID-19 se trouvent dans des services de réanimation en France, montrent les données publiées vendredi par le ministère de la Santé, un niveau qui n'avait plus été atteint depuis le 26 novembre, juste avant la levée progressive du deuxième confinement.

Au total, 4.033 personnes atteintes du COVID-19 se trouvent en réanimation, 41 de plus que jeudi, alors que le nombre global de patients hospitalisés en raison de cette maladie a pour sa part baissé de 109 en 24 heures, à 24.749.

Les admissions ont reculé aussi bien à l'hôpital de manière générale (-161) qu'en réanimation (-79) par rapport à jeudi.

Le nombre de personnes contaminées depuis le début de l'épidémie en France il y a un an a lui aussi franchi un seuil symbolique, celui des quatre millions, avec 25.229 nouveaux cas en 24 heures pour un total de 4.015.560.

Les nouvelles contaminations sont moins élevées que jeudi (27.166) mais plus nombreuses que vendredi dernier (23.507).

Quelque 223 décès supplémentaires ont en outre été recensés dans les hôpitaux français en 24 heures, ce qui va faire passer le bilan total de l'épidémie au-dessus de 90.000 morts en France. Le bilan dans les Ehpad, fourni deux fois par semaine, est généralement communiqué ultérieurement dans la soirée le mardi et le vendredi.

Plus de sept millions de doses de vaccins ont désormais été administrées en France, avec 4,82 millions de personnes ayant reçu au moins une injection et 2,22 millions ayant bénéficié d'un rappel.

En visite à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, alors que la situation en Ile-de-France inquiète les autorités, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé que plus de 300.000 personnes avaient été vaccinées ce vendredi en France, un record depuis le début de la campagne de vaccination fin décembre.

Un quatrième vaccin, celui de Johnson & Johnson, le premier à dose unique, a été approuvé ce vendredi par la Haute Autorité de Santé (HAS) et devrait être disponible à partir du mois d'avril.

(Jean-Stéphane Brosse et Bertrand Boucey)