Coronavirus : les étudiants satisfaits des repas à un euro

Il est 17h30, lundi 25 janvier, dans la cafétéria du Crous de Montpellier (Hérault). Les étudiants se pressent pour repartir avec leur repas avant le couvre-feu. Pour un euro, ils sont droit à une entrée comme de la macédoine, un plat principal comme des pâtes et un yaourt en dessert. Il est également possible d’acheter les deux repas de la journée en même temps pour deux euros. Les associations très sollicitées Ce dispositif fait l’unanimité chez les étudiants boursiers, qui en bénéficient déjà depuis septembre. “C’est très pratique, ça ne prend pas de temps, ça évite de cuisiner, c’est équilibré. On choisit ce qu’on veut et la quantité est suffisante. Niveau budget, c’est idéal”, se félicite Mélissa Carrière, étudiante. Avec l’élargissement de la mesure à tous les étudiants, l’académie de Montpellier s’attend à un doublement des repas délivrés. Le Secours populaire distribue dans l’enceinte de l’université Paul-Valéry. Les bénévoles enregistrent dix inscriptions de plus chaque semaine.