Coronavirus : les études cliniques reprennent pour le vaccin d'Oxford

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Après qu'un participant est tombé malade, les études cliniques du « vaccin d'Oxford », un candidat vaccin destiné à lutter contre le coronavirus, ont dû être suspendues en septembre dernier. Dans un communiqué de presse, la société pharmaceutique a annoncé que la FDA (Food and Drug Administration) a autorisé la reprise des essais cliniques du vaccin aux États-Unis, les considérant comme sûrs. Ces derniers avaient déjà repris au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud et au Japon en accord avec les autorités de santé de chaque pays.

Pascal Soriot, le P.-D.G. d'AstraZeneca, a déclaré que « la reprise des essais cliniques dans le monde entier est une excellente nouvelle car elle nous permet de poursuivre nos efforts pour développer ce vaccin afin de contribuer à vaincre cette terrible pandémie. Nous devons être rassurés par le soin apporté par les régulateurs indépendants pour protéger le public et s'assurer que le vaccin est sûr avant d'être approuvé pour son utilisation ».

Les résultats finaux du « vaccin d'Oxford » sont attendus d'ici la fin de l'année. © herraez, IStock photo
Les résultats finaux du « vaccin d'Oxford » sont attendus d'ici la fin de l'année. © herraez, IStock photo

Le vaccin d'Oxford approuvé pour les fêtes de fin d'année ?

Issu de la collaboration de l'université d'Oxford et d'AstraZeneca, le vaccin AZD1222, appelé autrefois ChadOx1, subit les dernières phases de test (phase III) avant sa commercialisation. AstraZeneca annonce que les résultats finaux sont attendus avant la fin de l'année 2020 et seront publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture. Il fait partie des dix vaccins à l'étude les plus avancés. Selon les résultats de la phase III, il pourrait être approuvé par les autorités de santé d'ici décembre 2020. La Chine a déjà approuvé quatre candidats vaccins contre la Covid-19 et la Russie, un seul après études cliniques.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura