Coronavirus : à Toulouse, l’hôpital proche de la saturation

Six patients Covid peuvent être accueillis par un service de pneumologie de l’hôpital de Toulouse (Haute-Garonne). Lundi 26 octobre, dans la matinée, il n’a plus aucune place de libre. Placé sous oxygène à haut débit, un homme de 47 ans est arrivé il y a trois jours. Sans aucun facteur de risque, il fait une forme très grave du coronavirus. "Pas d’hypertension, pas de surpoids, et on a l’impression que c’est un sujet jeune (…) qui n’a pas le profil souvent relayé pour faire des pneumopathies graves", décrit Jean Mourlanette, interne en pneumologie. Le personnel toujours plus sollicité Le personnel est toujours plus sollicité. Trois personnes sont mobilisées pour une simple radio des poumons. "On ne sait pas trop où on va non plus, comment ça va évoluer, si on ne va pas se contaminer entre collègues", s’inquiète Virginie Savignol, manipulatrice en radiologie. Il est impossible d’ouvrir de nouveaux lits, faute de personnel supplémentaire.