Coronavirus : à Bordeaux, les soignants veulent "être vaccinés au maximum"

·1 min de lecture

Alors que l’on redoute l’imminence d’une troisième vague et la contagiosité des variants du coronavirus, la France s’efforce d’accélérer la vaccination. Pour ce faire, la campagne cible les résidents en Ehpad de plus de 75 ans, mais aussi notamment les soignants de plus de 50 ans. En Nouvelle-Aquitaine, où le taux d’incidence est en hausse dans tous les départements, sauf dans le Lot-et-Garonne, cette semaine a vu une progression très nette, au fil des jours, du nombre de vaccinés. Parmi eux, beaucoup de professionnels de santé qui veulent pouvoir remplir leur mission dans les prochaines semaines, mais aussi montrer leur confiance dans le vaccin. Une démarche d'autant plus importante pour eux que la France est le pays le plus réfractaire au vaccin.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 9 janvier

"Il faut que l'on protège les professionnels de santé"

C'est notamment le cas de François Martial, président l'Union régionale des pharmaciens rencontré par Europe 1, alors qu'il venait pour recevoir sa première injection à Bordeaux, dans l'un des 18 centres de vaccination qui ont ouvert en Nouvelle-Aquitaine cette semaine. "En tant que pharmacien j'estime, connaissant le produit, que nous d'avons pas à hésiter : nous devons être vaccinés au maximum." 

"Il faut que l'on protège les professionnels de santé", martèle de son côté Benoît Elleboode, qui dirige l'Agence Régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine. Un processus essentiel en cas de tr...


Lire la suite sur Europe1