Coronavirus à bord du "Costa Magica" : pourquoi le croisiériste est visé par 180 plaintes

·1 min de lecture

À Paris, 180 plaintes viennent d'être déposées par un collectif de passagers qui attaque la compagnie Costa, du groupe Carnival, notamment pour "homicides involontaires" et "omission de porter secours". Ils dénoncent la gestion du "Costa Magica", un paquebot refoulé début mars de plusieurs ports de Caraïbes à cause de cas de coronavirus détectés à bord. Du 6 au 13 mars, dans une boucle au départ de la Guadeloupe, le navire s'est vu refuser d'accoster dans la plupart des îles visitées (Trinidad et Tobago, la Barbade, Grenade ou encore Sainte-Lucie). Six personnes sont mortes du Covid-19 parmi les 2.300 passagers à bord. Philippe Courtois, avocat des familles de trois des victimes, revient sur les erreurs de la compagnie au micro d'Europe 1.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 11 août 

Les ports avaient déjà refusé au bateau d'accoster, avant le départ

"Elle a failli à plusieurs titres, le premier étant bien entendu que le bateau ne devait pas partir au début de cette croisière", explique l'avocat. "Dans les jours qui ont précédé ce départ, le 'Costa Magica' avait déjà été refusé pour faire des escales dans les ports concernés par les excursions." Philippe Courtois cite l'exemple du port de Sainte-Lucie, où, deux jours avant le départ, les autorités avaient refusé au navire d'accoster, "en raison du non-respect par le commandant des recommandations sanitaires". "Il n'y avait aucune aide à bord", ajoute-t-il. 

>> Retrouvez la matinale...


Lire la suite sur Europe1