CoronaVac, le vaccin vivant atténué de la Chine, démontre ses capacités immunogènes

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

La Chine travaille aussi d’arrache-pied à la confection d’un vaccin contre le coronavirus depuis ce printemps. Alors que Pfizer, la Russie et Moderna ont annoncé l’efficacité de leur poulain par voie de presse, le candidat-vaccin du laboratoire chinois Sinovac, qui commercialise déjà trois vaccins contre l’hépatite A, l’hépatite B et la grippe, avance aussi. Les résultats des phases I et II des essais cliniques de son CoronaVac viennent d’être publiés dans The Lancet Infectious Disease.

Évidemment, Sinovac n’a pas attendu la parution de ces résultats pour poursuivre sa route. La phase III a débuté en septembre dernier, notamment en Turquie et au Brésil. Par ailleurs, les essais avaient dû être interrompus à la suite d'un évènement sérieux inattendu ayant eu lieu en octobre parmi les participants de l’Institut Butantan, au Brésil. Le 11 novembre dernier, les autorités de santé brésiliennes ont autorisé la reprise des essais.

Le vaccin CoronaVac se base sur le même principe que les premiers vaccins de l’histoire, les vaccins vivants atténués qui consistent en l’injection d’une version affaiblie du SARS-CoV-2 pour stimuler le système immunitaire. Pasteur a utilisé cette méthode pour concevoir son vaccin contre la rage. Le vaccin BGC, qui protège contre la bactérie de la tuberculose (le bacille de Calmette et Guérin), est également un vaccin vivant atténué. Ces vaccins sont très immunogènes et confèrent une protection de longue durée, à tel point qu’ils sont parfois déconseillés chez les patients immunodéprimés, comme ceux atteints du Sida. Mais cela reste à confirmer dans le cas précis de CoronaVac.

Un essai clinique randomisé et en double aveugle

Les résultats parus dans The Lancet Infecitous Disease concernent à la fois la phase I et la phase II des essais cliniques. Les tests sont les mêmes, sauf que la phase II est menée sur un nombre plus important de personnes. Ici, une vingtaine pour la phase I dans chaque groupe, contre une centaine pour la phase II. Soit un...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura