Les "corona bonds", le retour de "La Cigale et la Fourmi" ?

*

Cet article est à retrouver dans le "Carnet des médiologues", où vous pouvez retrouver Régis Debray et sa bande chaque semaine.

On pense tout de suite à Bond. James Bond. Celui qui sauve le monde tout en en laissant le Royaume-Uni à sa tête et non sans avoir utilisé la puissance américaine. Quelquefois, une James Bond girl française l’accompagne. Bon, pour la France, c’est déjà ça.

Rien à voir, cependant, quoique… Les corona bonds sont censés sauver le monde. En tout cas l’Europe, ce qui, nous dit-on de partout, n’est plus la même chose. En anglais économique, le bond, c’est une obligation. Une sorte d’instrument financier. Bref, c’est un instrument financier qui permettrait de nous sauver de la finance, ennemie jurée de notre précédent président. De la finance pour sauver de la finance. De l’homéopathie, en somme, de celle qui, de plus, n’est plus remboursée.

De quoi s’agit-il, concrètement et en vrai ? Après examen approfondi des déclarations émanant de « personnes autorisées » (Coluche dixit), il apparaît que quelqu’un aurait proposé, pour l’Union européenne, rien moins qu’une solidarité européenne ! Et le social-libéral « Guardian » de titrer : « If coronavirus sinks the eurozone, the 'frugal four' will be to blame. » C’est de l’anglais. Quelqu’un pourrait-il traduire? Non ? Alors devinons. Il y a du Jean de La Fontaine, là-dedans. Des cigales et des fourmis. Des pays du Nord et des pays du Sud, dits du Club Med. Noter que la France est au milieu, les pieds dans la Méditerranée et la tête hors de l’eau.


Lire la suite