Le Corniaud (France 2) : les secrets de la scène culte de l'accident de voiture

·1 min de lecture

"Bah maintenant, elle va marcher beaucoup moins bien..." : comment oublier cette réplique culte prononcée par Bourvil après la destruction de sa 2CV, réduite en miettes par la voiture de Louis De Funès dans Le Corniaud ? Cette scène est probablement l'une des plus célèbres de l'histoire de la comédie française. Mais elle ne fut pas sans péripéties... Deux jours avant le début du tournage, le 29 août 1964, le fils du premier assistant emprunte la Jaguar que Louis de Funès devait utiliser et la détruit dans un accident. Prémonitoire... Finalement, ce ne sera pas une Jaguar mais une Rolls Royce qui aura pour mission de percuter la petite 2CV du personnage incarné par Bourvil dans le film. Et pour que celle-ci se disloque d'un coup, afin de créer un effet comique, il fallut un système très ingénieux.

En effet, la 2CV était équipée de boutons poussoirs afin qu'elle s'éparpille au moment voulu. Le spécialiste des effets spéciaux, Pierre Durin, avait scié le véhicule en 250 morceaux puis re-assemblé le tout avec des crochets. De petits appareils électriques faisaient sauter les crochets solidarisant les morceaux au moment opportun... Lorsque Bourvil percute ensuite le camion de déménagement, tous les poussoirs déclenchent la dislocation en direct de la voiture. C'est Rémy Julienne, célèbre coordinateur de cascades du cinéma français, qui avait calculé la bonne vitesse de l'accident pour que Bourvil ne se fasse pas mal.

Si la scène se trouve au début du Corniaud, c'est en réalité la toute (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

De rouille et d'os (Arte) : les jambes coupées de Marion Cotillard, sa ruse pour tourner deux films en même temps… 5 choses que vous ignoriez sur le film (VIDEO)
Spider-Man : Homecoming (TF1) : quand sortira le troisième volet ?
"Réelle solitude", "humiliation" : Jean Dujardin parle comme jamais des souffrances de son enfance
Programme TV : les meilleurs films à voir ce dimanche 23 mai sur les chaînes gratuites
"Il y a des castes !" : remontée dans Quotidien, Charlotte de Turckheim dénonce le snobisme chez les artistes