Cornas : le vin des terres brûlées

·1 min de lecture

C'est l'une des joyaux du Rhône septentrional, sur la rive droite du Rhône, en Ardèche. Face à Valence, sur ces terrasses abruptes qui dominent fièrement le fleuve, prend naissance une syrah dont la puissance est sans équivalent. "Marianne" vous propose ses bouteilles indispensables, et une randonnée à faire en Cornas.

Le vin, on le connaît en rouge, en blanc, en rosé. Mais à Cornas, il se fait noir. Noir comme de l’encre. En parcourant à pied, le temps d’un après-midi d’été, ses spectaculaires terrasses sculptées par l’homme, on se rend vite compte que de soleil, le raisin n'en manque pas. Le vent calme, certes, ses ardeurs mais ici tout concourt à donner naissance à un vin hors normes, puissant, sauvage. Le Cornas n’est pas un vin, c’est un félin. Noir comme une panthère. La syrah, seul cépage autorisé pour produire du Cornas, donne ici un raisin à peau épaisse, riche en couleur et donc tannique. Dans ce sol très filtrant fait de granit décomposé (les géologues lui ont donné le nom de Gore) mâtiné de gneiss et de calcaire, les ceps, conduits en échalas (le meilleur système de conduite dans des vignes en pente où le vent souffle fort) n’ont aucun mal à plonger leurs racines très bas, à plus de 10 mètres pour les plus vieilles vignes, pour lécher l’eau fraîche qui suinte des roches en profondeur et se nourrir des sels minéraux.En bouche, il n’est pas rare de trouver au Cornas un côté ferreux, voire sanguin.Le goût si spécial de graphite, de pierre concassée et de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19