Corinne Masiero échappe à une poursuite pour « exhibition sexuelle »

·1 min de lecture

L'intervention de Corinne Masiero aux César continue de faire parler. Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a classé sans suite le signalement de députés Les Républicains qui accusaient la comédienne d'"exhibition sexuelle" lors de la 46ème cérémonie des César a indiqué le parquet, sollicité par l'AFP, ce lundi 22 mars. Le procureur de la République a estimé qu'"une poursuite serait inopportune", "au regard de la démarche poursuivie par l'intéressée, qui souhaitait attirer l'attention du public sur les difficultés actuelles rencontrées par les professionnels du spectacle", a-t-on pu lire selon des propos rapportés par nos confrères.

Dans sa réponse, dont l'AFP a pris connaissance, Rémi Heitz a par ailleurs souligné qu'elle serait "vouée de surcroît à l'échec au regard de la jurisprudence récente de la Cour de cassation", se référant à un arrêt du 26 février 2020 qui avait définitivement validé la relaxe d'une ancienne militante des Femen, Iana Zhdanova, pour une action seins nus au musée Grévin en 2014. Dans cette décision, la Cour de cassation avait estimé que "le comportement de la prévenue s'inscrivait dans une démarche de protestation politique, et que son incrimination (...) aurait constitué une ingérence disproportionnée dans l'exercice de la liberté d'expression", a tenu à rappeler Rémi Heitz.

Le 16 mars dernier, le député LR du Vaucluse Julien Aubert, soutenu dans sa démarche par neuf autres parlementaires, avait estimé que Corinne Masiero avait commis un délit d'"exhibition (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Affaire PPDA : Florence Porcel s'attendait à "l'obscénité de la réaction" du journaliste
Le prince William encore mobilisé par Elizabeth II pour sauver l'unité du royaume
Julien Doré sous le charme d'une actrice télé... sa réponse est adorable
Encore un pépin pour Meghan et Harry : cette démission tombe très mal
Hélène de Fougerolles victime d'une fake news : sa mise au point cinglante