"La corde est française ?" : Julien Odoul ironise sur le suicide des agriculteurs et provoque un tollé

·1 min de lecture

Un trait d'humour qui ne fait rire... personne. Hormis Julien Odoul et ses comparses, qui rivalisaient de traits d'esprits sur le suicide d'un agriculteur, d'après un enregistrement dévoilé par Libération ce vendredi 4 juin. La scène se passerait en septembre 2019, dans une réunion du groupe des élus Rassemblement National à la région Bourgogne Franche-Comté. Julien Odoul, qui mène la liste RN aux élections de juin dans la région, et deux autres élus sortants, Julien Guibert et Jacques Ricciardetti, y assistent, et débattent, entre autres sujets, du "bien-être paysan", sujet ô combien clé dans cette région très rurale.

"L’agriculteur qui se pend au faîtage de son hangar… a-t-il laissé une trace? S’est-il pissé dessus?”, commence Jacques Ricciardetti. Julien Odoul, relance, et déclenche les rires : “Est-ce que la corde est française ?” Des propos qui ont aussitôt provoqué l'ire de ses opposants, notamment ceux dont la profession à la ville... est en fait paysan. Comme le marcheur Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse, qui s'insurge : "Voilà donc toute la considération que le Rassemblement national a pour le monde agricole. De la démagogie en façade, mais en réalité du mépris. À vomir". Un mépris aussi dénoncé par sa collègue Yaël Braun-Pivet, qui qualifie les mots de Julien Odoul "d'odieux".

Les élus LR n'ont pas manqué de dénoncer vivement cette "blague" de très mauvais goût, de Gilles Platret, qui se présente face à Julien Odoul, jusqu'au patron du parti, Christian Jacob. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Accouchement de Meghan Markle : un prénom doublement royal pour sa fille ?
Flashback - Meghan Markle et Harry : ce gros mic-mac autour de la naissance de leur fils Archie
Harry : la mort de Diana, "une petite entreprise profitable" ? L'accusation qui fait mal
Audrey Crespo-Mara : ce que Thierry Ardisson a fait pour la récupérer après une séparation
Astrid Veillon : son fils Jules, « en décalage » et « différent », elle se confie