Corbeil-Essonnes: un fourgon de police attaqué à la cité des Tarterêts

·1 min de lecture
Vue d'une barre d'immeubles de la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, le 20 mars 2020 - Maryam EL HAMOUCHI © 2019 AFP
Vue d'une barre d'immeubles de la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, le 20 mars 2020 - Maryam EL HAMOUCHI © 2019 AFP

Un fourgon de police a été attaqué ce mercredi vers 18h40 dans la cité des Tarterêts de Corbeil-Essonnes, a appris BFM Paris de sources policières. Les faits se sont déroulés rue Paul Cézanne.

Des policiers se sont retrouvés face à 20-30 jeunes qui se sont précipités sur leur véhicule. Ceux à l'intérieur du fourgon affirment avoir aperçu un homme "debout, face à eux avec une arme de poing qu'il exhibe".

Les forces de l'ordre ouvrent alors la portière latérale de leur véhicule et ripostent avec du gaz lacrymogène tout en faisant marche arrière. Dans cette manœuvre, ils heurtent deux voitures en stationnement et cassent la portière du fourgon de police. Dans le même temps, les policiers essuient des jets de pierre.

Retour au calme

En tout, trois cocktails Molotov ont été lancés, dont un qui a atterri et explosé sur le capot du fourgon de police. Des mortiers ont aussi été tirés.

Le préfet du département s'est rendu sur place. Le secteur était en train d'être sécurisé dans la soirée, avec le déploiement de la CRS 8 FAR (force d'action rapide), permettant un retour au calme.

Depuis plusieurs jours, les nuits d'émeutes s'enchaînent dans le quartier des Tarterêts, après l'interpellation musclée de deux frères jeudi dernier. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux attise la colère de nombreux habitants du la cité. On y voit la mère des deux jeunes repoussée par le jet de gaz lacrymogène d'un policier alors qu'elle se dirige vers l'un de ses fils, plaqué au sol.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles