Corée du Sud La «princesse de glace» détrônée

Libération.fr

La présidente Park Geun-hye a été destituée vendredi après un long scandale de corruption et d’abus de pouvoir. Des millions de manifestants réclamaient sa tête.

La «princesse de glace» est tombée et la Corée du Sud s’apprête à tourner pour de bon la page de la dynastie Park. Vendredi, les huit juges de la Cour constitutionnelle ont confirmé à l’unanimité la destitution de la présidente Park Geun-hye. Le 9 décembre, les parlementaires avaient écarté du pouvoir la fille de l’ex-dictateur Park Chung-hee après la découverte d’un vaste scandale de corruption et d’abus de pouvoir ayant jeté dans la rue des millions de Sud-Coréens et fait vaciller la quatrième économie d’Asie, qui connaît des ratés économiques et sociaux.

La décision de la plus haute instance judiciaire est historique, car jamais un chef de l’Etat n’avait été congédié jusqu’à présent. Park Geun-hye, 65 ans, dont tous les pouvoirs exécutifs avaient été transmis au Premier ministre Hwang Kyo-ahn en décembre, doit quitter rapidement la Maison Bleue, l’Elysée sud-coréen, où elle vivait en recluse depuis trois mois. Dépossédée de toute immunité, elle devrait faire l’objet de poursuites judiciaires au vu des accusations portées par la justice contre une présidence qui s’est visiblement corrompue pendant quatre ans.


«Grave et inacceptable»

L’action de Park Geun-hye a «gravement compromis l’esprit de la démocratie et l’état de droit», a déclaré vendredi la présidente de la Cour constitutionnelle, Lee Jung-mi. «La violation de la Constitution et des lois par madame Park a trahi la confiance du peuple»,a poursuivi la juge Lee, en présentant ses agissements comme «une violation grave et inacceptable des lois».«Le président doit user de son pouvoir conformément à la Constitution et aux lois et les détails de son travail doivent être transparents, afin que le peuple puisse évaluer ce travail», précise l’arrêt de la Cour. «Mais madame Park a complètement dissimulé les ingérences de madame Choi dans les affaires de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

«Park Geun-hye n’était qu’un des rouages d’un système de corruption»
Trump invite le président palestinien «bientôt» à la Maison Blanche
Conseil européen : comment le Polonais Donald Tusk a été réélu contre son pays
Obamacare : Trump peine à contenter ultraconservateurs et modérés
Des Amérindiens devant la Maison Blanche contre un oléoduc

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages