Publicité

Corée du Sud: le président Yoon Suk-yeol dénonce un «cartel» des médecins contre les réformes

Ce lundi 1er avril, le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a dénoncé un « cartel » des médecins opposés aux réformes de la santé, soulignant la volonté du gouvernement de poursuivre son action malgré la grève des médecins, à l'approche d'élections cruciales.

Pour mieux lutter contre les pénuries de praticiens et se préparer au vieillissement rapide de la population, le gouvernement sud-coréen veut notamment augmenter de 2 000 le nombre d'admissions dans les écoles de médecine à partir de l'année 2025. Mais les médecins affirment que ces changements nuiront à la qualité des services et ont donc engagé un mouvement de grève depuis plus d'un mois.

« Cartel des médecins »

Les hôpitaux de la Corée du Sud ont été contraints d'annuler des traitements et des opérations chirurgicales importantes après que des milliers d'internes ont cessé de travailler le 20 février 2024 pour protester contre les réformes prévues. Le gouvernement persiste et a menacé les médecins grévistes de poursuites en justice.

Les Sud-Coréens voteront la semaine prochaine pour une élection législative cruciale, lors de laquelle le parti de M. Yoon tentera de regagner sa majorité au Parlement. Si l'opinion publique a initialement soutenu les réformes du gouvernement face à la grève des médecins, les derniers sondages montrent un changement d'humeur. Près de 60% des personnes interrogées par un sondage pour le quotidien Dong-A Ilbo estiment que le gouvernement doit ajuster l'ampleur et le calendrier de sa réforme.


Lire la suite sur RFI