Publicité

Corée du Sud: vers l'interdiction de vente d'animaux aux enchères

En Corée du Sud, un mois après l'interdiction de la viande de chiens, certains éleveurs sont dans le viseur du Parlement. Les chiens de compagnie sont vendus lors d'enchères où leurs conditions de vie sont critiquées par les défenseurs des animaux. Une proposition de loi pour interdire ces enchères est à l'étude à l'Assemblée.

Avec notre correspondant à Séoul, Celio Fioretti

La mesure fait débat dans le pays au onze millions de propriétaire de chiens. La proposition de loi à l'Assemblée nationale, portée par les associations de défense des animaux, vise à interdire une pratique bien implantée en Corée du Sud : la vente d'animaux aux enchères.

« Usines à chiots »

La majorité des chiens coréens est issue de véritables « usines à chiots », où les femelles sont retenues dans des conditions insalubres et engrossées continuellement. Leurs petits sont ensuite entassés par centaines dans de petits enclos en l'attente d'être vendus lors d'enchères.

Les conditions de vie des animaux ont déjà été critiquées à de nombreuses reprises, mais la loi en vigueur n'encadre pas suffisamment ce genre d'élevages, selon les associations de défense des animaux. Elles réclament aujourd'hui l'interdiction des maisons d'enchères de chien.

Un marché noir ?

Les éleveurs, dénoncent eux, une mesure qui pourrait mettre toute leur industrie à l’arrêt, qui représente près de trois milliards d'euros par an. Ils avertissent également de la possible émergence d'un marché noir de vente d'animaux si cette proposition de loi est votée. L'Assemblée doit se prononcer prochainement sur cette interdiction.


Lire la suite sur RFI