Corée du Sud: l'affaire du sac de luxe qui secoue la présidence devant la justice

En Corée du Sud, l'affaire qui a fait disparaître la Première Dame de la vie publique, est celle dite « du sac Dior ». Un sac de luxe, reçu par Kim Keon-hee, piégée en caméra cachée par le pasteur qui lui a offert ce cadeau. Depuis la diffusion de cette vidéo en novembre 2023, le scandale a touché jusqu’au président Yoon Suk-Yeol. Et à présent, le parquet de Séoul enquête sur cette affaire.

Avec notre correspondante à Séoul, Chloé Borgnon

C’est l’homme à l’origine du scandale dit « du sac Dior » : le pasteur Choi Jae-young était entendu lundi par le parquet de Séoul, comme accusé. Les enquêteurs veulent savoir comment, et surtout pourquoi, il a piégé la première dame sud-coréenne. Le pasteur américano-coréen s’est défendu en expliquant avoir réalisé un reportage en infiltration « pour montrer le vrai visage du président et de son épouse ».

Le pasteur est même allé plus loin dans ses déclarations : « Hormis mon cadeau, un sac à main de luxe, d'autres personnes étaient attendues dans le couloir de la maison de l'épouse du président avec des cadeaux dans les main ». Quant aux critiques des journalistes sud-coréens quant à ses méthodes de reportage pour piéger Choi Jae-young, l'agence de presse Yonhap rapporte qu'il s'en est défendu également : « Le reportage d'infiltration est un acte officiel et tout à fait faisable pour le droit à l'information du peuple, a-t-il martelé. Ce n'est pas un crime ».

Cela a suivi le président jusqu’aux élections législatives d’avril, où son parti a subi une lourde défaite. La semaine dernière, six mois après les faits, Yoon Suk-yeol s’est pour la première fois excusé publiquement pour le « comportement malavisé » de son épouse.


Lire la suite sur RFI