Publicité

Corée du Sud: la grève des médecins prend de l'ampleur, les malades s'inquiètent

La grève des médecins doit s’intensifier ce lundi 25 mars en Corée du Sud. Après un mois de grève et de démission de milliers d'internes pour s’opposer à la réforme du quota d’admission dans les universités, des praticiens plus expérimentés rejoignent le mouvement. Ils présentent leur démission face à la volonté du gouvernement d’augmenter le nombre d’étudiants en médecine. Les autorités, elles, refusent de céder et doivent annoncer prochainement la suspension de nombreux internes démissionnaires. L'intensification du mouvement social risque de perturber davantage le fonctionnement des grands hôpitaux sud-coréens, au désarroi des patients atteints de maladies graves.

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

Il y a dix ans, Kim Sung-ju a appris qu’il avait un cancer de l’œsophage. Pourtant, il s’estime chanceux, car au plus dur de la maladie, il n’a pas eu à affronter les conséquences du mouvement social en plus de son traitement :

« Pour les patients qui ont vraiment besoin de chimiothérapie, de chirurgie ou de radiothérapie, presque tous ces traitements sont reportés. C'est donc une situation très angoissante. Quand on est gravement malade, on doit recevoir le bon traitement au bon moment. Il y a aussi des gens qui ont dû sortir de maison de retraite et qui ensuite sont morts dans la journée. »

Dès mardi, le gouvernement doit mettre en œuvre les mesures de suspension des internes démissionnaires.


Lire la suite sur RFI