Corée du Sud: la bousculade meurtière de Séoul à la une de la presse en Chine

REUTERS - KIM HONG-JI

Parmi les 154 personnes décédées lors de la bousculade meurtrière d'Halloween de samedi soir, quatre victimes étaient Chinoises. Ce lundi encore, la catastrophe fait les titres des médias en Chine, qui se font l'écho des témoins du drame.

De notre correspondant à Pékin,

Près de la moitié des étrangers en Corée du Sud sont Chinois et ils ne sont pas près d’oublier ce samedi soir d’Halloween à Itaewon, ce quartier des bars logé sur une colline de Séoul, où des jeunes fêtards ont été décimés comme dans un film d’épouvante, un véritable cauchemar dont on ressort difficilement indemne.

45 mètres de long, 3,2 mètres de large

Deux jours après la bousculade meurtrière de Séoul, les réseaux sociaux, la presse chinoise diffusent de nombreux témoignages de survivants traumatisés, ou plutôt de survivantes ; car les jeunes femmes sont majoritaires parmi les victimes. « Rien que de songer à la scène, mes mains tremblent », confie ainsi une étudiante chinoise dans une vidéo diffusée par le site Pangpai. « En repensant à ce qui s’est passé, j’ai toujours du mal à respirer », affirme une autre dans les Nouvelles de Pékin. Elle s’appelle Xu Qing. Son récit a nourri les conversations à la cantine des « Danwei », les unités de travail ce midi en Chine. Xu Qing mesure 1,75 m. C’est sa taille qui l’a sauvé dit-elle, avant de décrire son parcours dans la ruelle de l’horreur : 45 mètres de long et 3,2 mètres de large où elle ne comptait pas se retrouver au départ.


Lire la suite sur RFI