Corée du Sud : un bombardier américain B-1B rejoint les exercices aériens conjoints

© Jacob SKOVO / US AIR FORCE / AFP

Vendredi soir, l'armée sud-coréenne avait annoncé avoir déployé quelque 80 avions furtifs F-35A après avoir détecté 180 avions de combat volant dans l'espace aérien nord-coréen, nouvel épisode de la spectaculaire montée des tensions dans la péninsule coréenne ces dernières semaines.

Après s'en être pris à la Russie et à la Chine, Washington, Paris, Londres d'autres Etats membres non permanents du Conseil de sécurité ont prôné dans une déclaration commune "l'unité" face à la "menace que la Corée du Nord représente pour la paix internationale".

La Chine et la Russie, dont les relations avec l'Occident sont au plus bas avec la guerre en Ukraine, ont boudé cette déclaration conjointe. Leurs ambassadeurs ont critiqué les exercices militaires entre les Etats-Unis et la Corée du Sud et accusé Washington de vouloir "forcer Pyongyang à un désarmement unilatéral par les sanctions et les pressions".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a exhorté, par la voix de son porte-parole, à ce que "la Corée du Nord s'abstienne immédiatement de tout acte de provocation et se conforme pleinement à ses obligations découlant des résolutions du Conseil de sécurité". Il s'est dit "profondément préoccupé par les tensions sur la péninsule coréenne et la poussée d'une rhétorique de confrontation", a insisté son porte-parole Stéphane Dujarric.

Pyongyang a tiré une trentaine de missiles mercredi et jeudi, dont un a terminé sa course près des eaux territoriales du Sud pour la première fois ...


Lire la suite sur ParisMatch