Corée du Sud : après le drame d’Itaewon, le gouvernement au cœur de la polémique

© REUTERS/Heo Ran

Samedi 29 octobre, au moins 156 personnes ont perdu la vie dans une bousculade mortelle en Corée du Sud. Les fêtards, venus célébrer Halloween, se sont retrouvés bloqués dans une petite ruelle du quartier animé et populaire d’Itaewon, provoquant de nombreuses asphyxies fatales. Depuis la tragédie, la population est en quête de réponses. Rapidement après le drame, il a été révélé que seuls 137 policiers se trouvaient sur place pour réguler une foule de 100 000 personnes, alors que 6500 autres agents avaient été mobilisés dans une zone différente de la ville où se déroulait une manifestation de seulement 25 000 participants.

À lire aussi Séoul : comment Halloween a viré au vrai cauchemar

La police a reconnu mardi n’avoir pas pris assez au sérieux la situation, disant ne pas s’attendre à voir autant de monde sur place et n’avoir pas su lire les signaux d’alertes envoyés par des témoins. Admettant ses erreurs, le chef de la police nationale, Yoon Hee-keun a cependant indiqué que l’an passé, seuls 85 agents avaient été déployés au même endroit et que tout s’était bien passé. Les célébrations de 2021 avaient toutefois eu lieu dans un contexte différent en raison du covid-19, limitant le nombre de personnes dans les lieux festifs.

"Il était évident que quelque chose comme ça allait se passer"

Mais en plus de la police, c’est également le gouvernement qui est sous le feu des critiques. Mardi, Lee Sang-min, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a présenté ses excu...


Lire la suite sur ParisMatch