Corée du Nord: Vladimir Poutine accueilli par Kim Jong-un à Pyongyang pour entamer sa visite d'État

Le président russe Vladimir Poutine est arrivé ce mercredi (mardi soir, heure française) en Corée du Nord, a annoncé le Kremlin, pour une visite exceptionnelle. A l'issue de celle-ci, un accord de partenariat stratégique pourrait être signé entre Moscou et Pyongyang, dont l'Occident perçoit l'alliance comme une menace.

"Vladimir Poutine a atterri dans la capitale de la Corée du Nord, Pyongyang", a indiqué la présidence russe dans un message sur Telegram. La précédente visite officielle de Vladimir Poutine dans ce pays remonte à l'an 2000.

Des banderoles pour dire "bienvenue" à Vladimir Poutine

Mardi, le président russe Vladimir Poutine s'est félicité du "ferme soutien" apporté par la Corée du Nord à l'opération militaire russe en Ukraine. D'immenses banderoles souhaitant "ardemment la bienvenue au président Poutine" et représentant son visage souriant l'attendaient, accrochées aux lampadaires de Pyongyang aux côtés de drapeaux russes, comme l'ont montré des images diffusées par les médias d'Etat russes.

Moscou et Pyongyang sont alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), mais se sont rapprochés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022.

"La Russie a soutenu (la Corée du Nord) et son peuple héroïque dans leur lutte pour défendre leur droit à choisir la voie de l'indépendance, de l'originalité et du développement par eux-mêmes dans la confrontation avec l'ennemi rusé, dangereux et agressif (...) et elle les soutiendra indéfectiblement à l'avenir", a écrit Vladimir Poutine dans une tribune publiée par le quotidien officiel nord-coréen Rodong Sinmun et l'agence KCNA.

Il a également affirmé que Pyongyang "soutient fermement" l'offensive militaire russe en Ukraine et l'en a remercié.

Pyongyang accusé de fournir des missiles à Moscou

Américains et Européens s'inquiètent depuis des mois du rapprochement accéléré entre Moscou et Pyongyang, accusant les Nord-Coréens de livrer des munitions à la Russie pour son assaut contre l'Ukraine en échange d'une assistance technologique, diplomatique et alimentaire.

Le Kremlin a publié mardi un document confirmant que la Russie envisageait de signer un traité de "partenariat stratégique" avec la Corée du Nord.

Cette visite "montre à quel point le président Poutine et Moscou sont désormais dépendants des pays autoritaires du monde entier. Leurs amis les plus proches et les plus grands soutiens de l'effort de guerre russe - la guerre d'agression - sont la Corée du Nord, l'Iran et la Chine", a commenté lundi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg depuis Washington, soulignant que la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, désormais "viole les sanctions" imposées à la Corée du Nord.

Article original publié sur BFMTV.com