La Corée du Nord tire un missile hypersonique, troisième essai depuis janvier

La Corée du Nord a tiré un missile mardi, dernier lancement en date d'une série d'essais d'armements interdits conduits par Pyongyang cette année. Les médias d'État nord-coréens ont précisé qu'il s'agissait d'un missile hypersonique à moyenne et longue portée.

Nouveau tir de la Corée du Nord. L'armée de Séoul a "détecté (mardi 2 avril) vers 6 h 53 (21 h 53 GMT) ce qui est présumé être un missile balistique de portée intermédiaire tiré depuis la zone de Pyongyang vers la mer de l'Est", a indiqué l'état-major interarmées sud-coréen (JCS), faisant référence à l'étendue d'eau également connue sous le nom de mer du Japon.

Le dernier tir de la Corée du Nord, "réalisé avec succès", concernait un missile hypersonique à moyenne et longue portée, a annoncé l'agence de presse officielle KCNA, au lendemain du lancement, ajoutant que le dirigeant Kim Jong-un était présent.

Avec ce tir, Kim Jong-un a affirmé que le Nord avait désormais "obtenu des missiles stratégiques à combustible solide, à ogive manoeuvrable et à capacité nucléaire".

L'armée sud-coréenne a précisé que le missile, lancé tôt mardi, a parcouru environ 600 kilomètres avant de s'abîmer dans les eaux situées entre la Corée du Sud et le Japon. Il aurait parcouru environ 1 000 kilomètres, selon KCNA.

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré mardi à la presse que le Nord avait "lancé des missiles balistiques à plusieurs reprises" cette année, ajoutant qu'il s'agissait d'une menace pour la sécurité régionale et que c'était "absolument inacceptable".

De son côté, Pyongyang a récemment renforcé ses liens avec la Russie, son allié traditionnel.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Moscou impose à l'ONU la fin de la surveillance des sanctions contre Pyongyang
La Corée du Nord exige un changement de politique du Japon avant toute rencontre
Pyongyang affirme que le Premier ministre japonais Fumio Kishida veut rencontrer Kim Jong Un