Corée du Nord : tout savoir sur les tirs de missiles

Les autorités de la Corée du Sud ont demandé mercredi aux habitants de l'île d'Ulleungdo, au large de sa côte orientale, d'évacuer vers des bunkers. (Image d'illustration)  - Credit:¿Øvª?? / MAXPPP / Yonhap News Agency/MAXPPP
Les autorités de la Corée du Sud ont demandé mercredi aux habitants de l'île d'Ulleungdo, au large de sa côte orientale, d'évacuer vers des bunkers. (Image d'illustration) - Credit:¿Øvª?? / MAXPPP / Yonhap News Agency/MAXPPP

La Corée du Nord a tiré mercredi au moins 23 missiles de types variés, dont l'un tombant près des eaux territoriales sud-coréennes, et ce, pour « la première fois » depuis soixante-dix ans selon l'armée de Séoul, occasionnant une rare alerte au raid aérien sur une île sud-coréenne. La Corée du Sud a promis une réponse « décisive ». Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a fustigé la « provocation » de Pyongyang, dénonçant une « invasion territoriale de fait ». Voici ce qu'il faut savoir.

Aucun missile n'a atteint la Corée su Sud. Mais un missile balistique de courte portée est tombé très près des eaux territoriales sud-coréennes pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée, en 1953. Ce missile a amerri dans des eaux internationales, à 57 km à l'est de la Corée du Sud continentale, a indiqué l'armée sud-coréenne. S'il s'est abîmé en mer en dehors des eaux territoriales sud-coréennes (12 milles marins, soit 22,2 km), le missile est tout de même tombé à 26 km au sud de la « ligne de limite du Nord  » (NLL), qui prolonge en mer la ligne de démarcation intercoréenne des deux côtés de la péninsule.

Une controverse autour de la frontière

La NLL a été tracée par le commandement des Nations unies dirigé par les États-Unis à la fin de la guerre de Corée (1950-1953) dans le but d'empêcher des affrontements accidentels entre le Nord et le Sud. Pyongyang qualifie d'invalide la démarcation reconnue par le Sud, considérant qu'elle a été établie unilatéralement p [...] Lire la suite