Corée du Nord: réunion ce mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU demandée par Washington

Photo d'archives montrant le Conseil de sécurité de l'ONU le 28 février 2022. - ANGELA WEISS © 2019 AFP
Photo d'archives montrant le Conseil de sécurité de l'ONU le 28 février 2022. - ANGELA WEISS © 2019 AFP

Les États-Unis ont demandé une réunion d'urgence publique du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Corée du Nord, après ses derniers tirs de missiles balistiques, qui se tiendra mercredi à 21 heures, a-t-on appris ce lundi de sources diplomatiques.

"La Corée du Nord continue de déstabiliser la région et de menacer la paix et la sécurité internationales par ses lancements de missiles", a déclaré un porte-parole de la mission diplomatique américaine à l'ONU pour justifier la tenue de la réunion.

Il s'agira de la deuxième réunion publique du Conseil de sécurité depuis 2017, la première s'étant déroulée le 25 mars. Entre 2017 et 2022, le Conseil n'avait eu recours qu'à des réunions à huis clos en raison notamment de l'opposition de la Chine à des sessions publiques.

En dépit de sévères sanctions internationales, la Corée du Nord redouble d'efforts ces derniers mois pour moderniser son armée, et a procédé à 15 tirs d'essai depuis janvier. Sa dernière expérimentation a été le tir samedi d'un missile mer-sol balistique.

Vers un renforcement des sanctions?

Les négociations visant à convaincre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un d'abandonner ses armes nucléaires et d'arrêter son programme d'armement balistique n'ont rien donné. L'imposition en 2017 de plusieurs séries de sanctions économiques internationales par l'ONU contre Pyongyang n'a pas fait fléchir le régime.

876450610001_6305177141001

En avril, les États-Unis ont soumis à leurs 14 partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution alourdissant encore les sanctions contre Pyongyang.

Le texte prévoit de réduire de quatre millions à deux millions de barils la quantité de pétrole brut que la Corée du Nord serait autorisée à importer chaque année à des fins civiles, et imposerait des restrictions sur de nouvelles exportations nord-coréennes, notamment de combustibles minéraux et d'horloges.

Selon des diplomates, la Chine et la Russie, détentrices d'un droit de veto au Conseil et qui ont depuis longtemps proposé une résolution assouplissant au contraire les sanctions contre la Corée du Nord, ont refusé jusqu'à présent de discuter du contenu du projet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles