Publicité

Corée du Nord: Pyongyang affirme avoir testé un missile hypersonique à portée intermédiaire

La Corée du Nord a conduit, mardi 2 avril, un essai réussi d’un nouveau missile balistique « hypersonique » à portée intermédiaire. Cette nouvelle arme à combustible solide vient s’ajouter à l’impressionnant arsenal nucléaire du régime. Le tir de missile a fait réagir au sud de la péninsule où doivent se tenir des élections législatives la semaine prochaine. La Corée du Sud, les États-Unis et le Japon ont répliqué avec des exercices aériens impliquant le B-52 américain, un bombardier à capacité nucléaire. Mais que change réellement cette nouvelle arme nord-coréenne ?

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

La présence de Kim Jong-un à un essai de missile est souvent révélatrice de l’importance de l’événement en Corée du Nord. Les médias d’État ont mis en scène le tir de ce nouveau Hwasong 16-B, un missile hypersonique à combustible solide. Deux caractéristiques qui pourraient perturber les systèmes de défense anti-missiles américains et sud-coréens.

Un missile hypersonique est plus difficile à intercepter, car manœuvrable, tandis que le propergol solide permet un déploiement plus rapide. Cette innovation signifie, d’après le leader nord-coréen, que tous les missiles « tactiques, opérationnels et stratégiques de différentes portées » du régime peuvent être dotés de ces capacités avec une ogive nucléaire manœuvrable.

Mais comme souvent avec Pyongyang, la prudence est de mise. Les capacités du nouveau Hwasong 16-B font débat. Séoul et Tokyo estiment que le missile a volé pour environ 600 km, tandis que la Corée du Nord parle d’une « portée limitée à 1 000 km dans un souci de sûreté ».


Lire la suite sur RFI