La Corée du Nord a procédé à un nouveau tir de missile balistique

La seule journée du 2 novembre a vu 23 tirs de missiles nord-coréens, soit plus que pendant toute l'année 2017.  - Credit:STR / KCNA VIA KNS / AFP
La seule journée du 2 novembre a vu 23 tirs de missiles nord-coréens, soit plus que pendant toute l'année 2017. - Credit:STR / KCNA VIA KNS / AFP

La situation est plus que tendue sur le front coréen. Alors que Washington, Tokyo et Séoul unissent leurs forces et multiplient les exercices militaires conjoints, Pyongyang continue de répondre en procédant à des tirs de missile d'avertissement. La Corée du Nord a lancé jeudi 17 novembre un nouveau missile balistique, quelques heures après avoir promis une riposte « féroce » au renforcement de l'alliance militaire entre les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud. « La Corée du Nord a lancé un missile balistique non identifié dans la mer de l'Est », également appelée mer du Japon, a par ailleurs indiqué l'état-major sud-coréen.

Plus tôt cette semaine, au cours d'une rencontre en marge du sommet du G20 à Bali, le président américain Joe Biden avait tenté de convaincre son homologue chinois Xi Jinping d'intercéder auprès de la Corée du Nord pour qu'elle renonce à effectuer un essai nucléaire, comme Washington et Séoul lui en prêtent l'intention. Joe Biden, son homologue sud-coréen Yoon Suk-yeol et le Premier ministre japonais Fumio Kishida avaient par ailleurs, dimanche, promis une réponse « forte et ferme » si Pyongyang réalisait cet essai, qui serait le premier depuis 2017 et le septième de son histoire.

Jeudi, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Choe Son Hui, a condamné ces rencontres entre dirigeants, affirmant qu'elles font « entrer la situation dans la péninsule coréenne dans une phase imprévisible ».

« Actes insensés »

« Le renforcement de [...] Lire la suite