La Corée du Nord met en garde Washington contre l'interception de ses missiles

La Corée du Nord a prévenu mardi qu'elle interpréterait comme "une claire déclaration de guerre" toute interception des missiles qu'elle teste au-dessus de l'océan Pacifique durant les prochains exercices militaires conjoints des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

"Cela sera considéré comme une claire déclaration de guerre contre la RPDC (République populaire démocratique de Corée, ndlr), au cas où une réponse militaire telle qu'une interception (de nos missiles) aurait lieu lors de nos essais d'armes stratégiques", a déclaré Kim Yo Jong, la très puissante soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, citée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

"L'océan Pacifique n'est pas sous la domination des Etats-Unis ou du Japon", a-t-elle insisté, alors que les Etats-Unis et la Corée du Sud voisine s'apprêtent à mener leurs plus importantes manoeuvres militaires conjointes depuis 2018.

La Corée du Nord "se tient toujours prête à prendre des mesures appropriées, rapides et écrasantes à tout moment", a-t-elle mis en garde, qualifiant les récents exercices militaires de Washington et Séoul "d'extrêmement frénétiques".

Outre les manoeuvres "Ulchi Freedom Shield" entre les forces américaines et sud-coréennes qui débuteront le 13 mars pour au moins 10 jours, Washington et Séoul ont organisé cette semaine des exercices aériens conjoints avec un bombardier lourd américain B-52 à capacité nucléaire.

Washington et Séoul affirment qu'il s'agit d'exercices de défense, mais Pyongyang les considère comme des répétitions générales à une invasion de son territoire ou à un renversement de son régime.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a accusé mardi les Etats-Unis de faire "intentionnellement" monter les tensions dans la région.

"Les récents exercices aériens conjoints (...) montrent clairement que le projet d'utiliser des armes nucléaires contre la RPDC suit son cours au rythme d'une vraie guerre", a-t-il dénoncé, dans un communiqué distinct.

"Nous regrettons profondément les gesticulations irresponsables et inquiétantes des Etats-Unis et de la Corée du Sud, qui poussent constamment vers l'instabilité la situation dans la péninsule coréenne", a déclaré le ministère également cité par KCNA.

- Une puissance nucléaire "irréversible" -

Les relations entre Pyongyang et Séoul sont au plus bas depuis plusieurs années, avec des pourparlers au point mort.

En 2022, le Nord a qualifié d'"irréversible" son statut de puissance nucléaire et a conduit une série d'essais balistiques et de missiles en violation de résolutions de l'ONU.

Pour leur part, Séoul et Washington ont décidé d'intensifier leurs exercices conjoints et de redéployer les ressources stratégiques américaines dans la région.

Ces exercices suscitent immanquablement l'ire de la Corée du Nord voisine. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a récemment appelé à une augmentation "exponentielle" de la production d'armes nord-coréennes, notamment d'armes nucléaires tactiques, et sa soeur a décrit le Pacifique comme le "champ de tir" de son pays.

Dimanche, Pyongyang a appelé les Nations unies à exiger de Séoul et Washington la fin de leurs manoeuvres militaires conjointes, déclarant que ses armes nucléaires garantissaient l'équilibre des forces dans la région.

La Corée du Nord avait également annoncé le 24 février avoir tiré la veille des missiles de croisière, après que la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient mené à Washington un exercice de simulation d'un conflit nucléaire avec Pyongyang.

Les Etats-Unis ont récemment cherché à rassurer la Corée du Sud quant à leur capacité de dissuasion élargie à leurs alliés.

Séoul, qui ne détient pas l'arme nucléaire, reste officiellement engagé en faveur de la non-prolifération nucléaire, même si les appels se multiplient au niveau national pour envisager d'obtenir ses propres armes nucléaires.

cdl/ceb/qan/rr/chv/lch/ib