Corée du Nord: les États-Unis sanctionnent pour la première fois un «mélangeur» de cryptomonnaie

Les États-Unis ont imposé vendredi 6 mai « pour la première fois » des sanctions financières à un « mélangeur de cryptomonnaie », un service sophistiqué accusé d'implication dans le blanchiment d'argent virtuel par la Corée du Nord. Ce « mixeur », Blender.io, est accusé par le Trésor américain d'avoir aidé à blanchir une partie du butin du « plus grand braquage de cryptomonnaies » au monde - le vol fin mars de 620 millions de dollars imputé par les autorités américaines à un groupe de hackeurs liés à Pyongyang.

« Les mélangeurs de monnaie virtuelle qui favorisent des transactions illégales représentent une menace pour la sécurité nationale des États-Unis », a déclaré le sous-secrétaire au Trésor Brian Nelson dans un communiqué. D’après le Trésor américain, Blender a été utilisé dans le blanchiment de plus de 20,5 millions de dollars sur les 620 millions volés.

Blender, qui est aussi le nom anglais pour un mixeur en cuisine, est un service qui facilite le blanchiment des fonds extorqués par des pirates informatiques « en brouillant les cartes sur leur origine, destination et contreparties », d’après le Trésor.

« Sous couvert d’une discrétion accrue », il « mixe » l’argent virtuel issu de transactions illicites avec d’autres cryptomonnaies anonymes avant de les « transmettre à leurs destinataires finaux », et est donc à ce titre « souvent utilisé » par des hors-la-loi, ajoute le ministère américain des Finances, qui souligne que Blender a aidé au transfert de plus de 500 millions de dollars en Bitcoin depuis sa création en 2017.

« Nous prenons des mesures contre les activités financières illégales de la Corée du Nord et ne laisserons pas sans réponse les vols soutenus par cet État et ses blanchisseurs d’argent », a-t-il prévenu.

Au-delà, c’est un avertissement clair qui est adressé au pouvoir nord-coréen, au moment où il multiplie les essais de missiles dénoncés par les États-Unis comme autant de « provocations » en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

À lire aussi : Deux Sud-Coréens accusés d’espionnage pour le compte de Pyongyang arrêtés

« Afin de contourner les sanctions sévères de l’ONU et des États-Unis, la Corée du Nord s’est tournée vers le vol de fonds issus d’échanges en cryptomonnaie et de sociétés s’appuyant sur des blockchains, pour générer des revenus pour ses programmes illégaux d’armes de destruction massive et des missiles balistiques », a affirmé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué. Pour autant, le secrétaire d’État rappelle une fois de plus la main tendue de Washington, qui ne cesse de réitérer ses appels au dialogue avec Pyongyang, restés sans réponse depuis l’arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche début 2021.

La police fédérale américaine a accusé mi-avril le groupe Lazarus et APT38, des hackeurs « associés » au régime reclus d’Asie de l’Est, d’être responsables du vol de 620 millions de dollars en ethereum qui a suivi le piratage du jeu vidéo Axie Infinity fin mars. Le réseau Ronin, utilisé pour ce jeu en ligne, avait été victime d’une des plus grosses attaques informatiques impliquant des cryptomonnaies.

► À lire aussi - Fraude aux cryptomonnaies : 600 millions de dollars subtilisés à des joueurs asiatiques

Axie Infinity est un jeu basé sur la blockchain, un registre numérique décentralisé qui ne peut être modifié. Il permet de gagner de l’argent sous forme de NFT, des jetons numériques.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles