Publicité

COP28 : une vingtaine de pays appelle à tripler les capacités nucléaires d’ici à 2050

Réduire la dépendance au charbon et au gaz, tel est l’un des enjeux de la COP28, qui se déroule à Dubaï depuis le 30 novembre. Dans cet objectif-là, une vingtaine de pays, dont les États-Unis, la France et les Émirats arabes unis, ont appelé dans une déclaration commune à la COP28 à tripler les capacités de l’énergie nucléaire dans le monde d’ici à 2050 par rapport à 2020. L’objectif est de produire une électricité vertueuse et abondante.

Parmi les signataires de cette déclaration se trouvent aussi la Bulgarie, le Canada, la Finlande, le Ghana, la Hongrie, le Japon, la Corée du Sud, la Moldavie, la Mongolie, le Maroc, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, l’Ukraine, la République tchèque et le Royaume-Uni, a indiqué Le Parisien ce samedi 2 décembre.

Une déclaration qui ne fait pas l'unanimité

« La déclaration reconnaît le rôle clé de l’énergie nucléaire dans l’atteinte de la neutralité carbone d’ici à 2050 et pour conserver l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C à portée de main », a affirmé John Kerry, l’émissaire américain pour le climat à Dubaï. « Nous savons par la science, la réalité des faits et des preuves qu’on ne peut pas atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 sans nucléaire. »

Afin d’y parvenir, les pays signataires ont appelé les actionnaires des institutions financières internationales à intégrer le nucléaire dans leurs financements. Cette déclaration de la COP28 n’est pas vue d’un très bon œil par les dé...


Lire la suite sur LeJDD