COP27: toujours pas d'accord financier sur le fonds «pertes et dommages» des catastrophes climatiques

REUTERS - STRINGER

Un premier accord à la COP vient d’être conclu entre les 196 États de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique. Alors que les négociations sont censées se terminer demain soir vendredi… c’est donc une avancée.. même s’il reste des blocages importants.

avec nos envoyées spéciales à Charm el-Cheikh, Claire Fages et Jeanne Richard

La salle des négociations a explosé de joie à l’annonce de la nouvelle : les États s’accordent sur le « réseau de Santiago ». Il s'agit d'un réseau d’experts étatiques, de chercheurs, de membres de la société civile, dont la création avait été décidée à la COP25, en 2019, présidée par le Chili. D’où le nom de réseau de Santiago, du nom de la capitale chilienne. Donc après trois ans d’échanges diplomatiques sur son fonctionnement, son financement et ses objectifs, les États actent aujourd’hui sa création.

À lire aussi : notre dossier COP27

Son but est d’apporter une expertise technique aux pays vulnérables qui sont démunis quand survient une catastrophe climatique. Une aide pour faire face aux dégâts dus au changement climatique. Par exemple : organiser la relocalisation des populations côtières menacées par la montée des eaux, et relancer leur activité économique après leur déménagement.

L’Union européenne n'est pas unie sur le sujet : l'Allemagne y est favorable, tandis que la France, la Suède et le Danemark y sont opposés tout comme les États-Unis. La Commission européenne tente de faire le pont entre les positions des uns et des autres.


Lire la suite sur RFI