COP27: une première semaine de négociations au bilan mitigé pour les pays en développement

AP - Thomas Hartwell

La COP27 en Égypte se poursuit, après une semaine de réunions. Pour l’Afrique et plus généralement les pays en développement les plus vulnérables au changement climatique, le bilan de la première semaine est mitigé et beaucoup de questions restent en suspens pour la deuxième semaine.

Ce qui a fait du bruit à la COP27 la semaine dernière, c’est surtout la soufflerie des climatiseurs poussés à fond et les centaines d’avions et de jets qui passent au-dessus du centre de conférence rapporte notre envoyée spéciale à Charm el-Cheikh, Jeanne Richard. Côté négociations par contre, c’est bien silencieux. Les chefs d’État qui se sont succédé à la tribune n’ont rien annoncé de majeur. Et la voix de la société civile, interdite de manifester dans les rues de Charm el-Cheikh par les autorités égyptiennes, n’a pas porté très loin cette année. Toutes les questions épineuses ont été reportées aux jours à venir.

Lors de cette deuxième semaine, les ministres viendront discuter des points sensibles, notamment la question de l’aide financière des pays occidentaux aux pays plus vulnérables au changement climatique. Une aide jugée trop faible et mal adaptée: « Le plus important, ça va être de vérifier ce qui peut être annoncée sur de nouveaux financements, est-ce que l'on va pourvoir avoir des engagements un peu plus importants ? Ce n’est pas facile de croire que l’on va avoir des choses vraiment nouvelles. »


Lire la suite sur RFI