COP27: Joe Biden, Patrick Pouyanné, le méthane, une histoire de fuite

© Géraud Bosman-Delzons/RFI

La 27e Conférence des Parties (COP) s’est ouverte lundi 7 novembre à Charm el-Cheikh (Egypte). Cette 5e COP « africaine » se tient dans un contexte international peu propice pour progresser sur le chemin de la lutte contre le réchauffement climatique, qui fait sentir ses effets de plus en plus fréquemment partout dans le monde. Tous les soirs, « Un jour à la COP » livre un condensé de ce qui s’est dit et noué durant la journée de négociations, et part à la rencontre de quelques-uns de ses acteurs. Ce vendredi était consacré à la décarbonation.

De notre envoyé spécial à Charm el-Cheikh,

C’EST DIT !

« L'Agence internationale de l'énergie dit qu'avec tous les forages existant depuis vingt ans, on a assez de gaz et de pétrole pour les vingt ans qui viennent, qu'il faut développer des énergies renouvelables, des transports en commun, si on veut éviter un avenir apocalyptique. Malgré cela, TotalEnergie veut faire ce pipe-line, et M. Pouyanné, le patron de Total, refuse de répondre à nos questions »,

a confié à RFI Pierre Larrouturou, député européen, après son « non dialogue » avec le dirigeant de TotalEnergie Patrick Pouyanné, à propos des projets d'oléoducs en Ouganda et Tanzanie (lire plus bas).

À LA COP AUJOURD’HUI

À lire aussi : À la COP27, l’ONU réclame la libération d’Alaa Abdel Fattah, sa sœur craint pour sa vie

LES COULISSES EN IMAGE.


Lire la suite sur RFI