La COP27, entre «Jet-P» de Bali et jet privé de Lula

© MOHAMMED SALEM / REUTERS

La 27e Conférence des Parties (COP) entame sa deuxième semaine à Charm el-Cheikh en Égypte. Cette 5e COP « africaine » se tient dans un contexte international peu propice pour progresser sur le chemin de la lutte contre le réchauffement climatique, qui fait sentir ses effets de plus en plus fréquemment partout dans le monde. « Un jour à la COP » livre un condensé de ce qui s’est dit et noué durant la journée de négociations, et part à la rencontre de quelques-uns de ses acteurs. La thématique du jour était principalement consacrée à l'énergie.

Avec nos envoyés spéciaux à Charm el-Cheikh

C’EST DIT !

Le Fonds vert et les 100 milliards, ce n'est pas du tout la même chose. Le Fonds vert, c'est 2,5 milliards de dollars par an, ce n'est pas 100 milliards de dollars. Nous représentons 3% des financements climatiques sous la Convention des Nations unies, 0,5% des financements climatiques mondiaux et 0,1% des besoins. [...] J'ai souvent rencontré des chefs de gouvernement qui m'ont dit "c'est très difficile d'accéder à vos 100 milliards de dollars", mais c'est normal, nous ne les avons pas,

a confié à RFI Yannick Glemarec, le directeur exécutif du Fonds vert qui tente vaille que vaille à faire passer le message (recueilli par Anne-Cécile Bras).

À LA COP CE MARDI

L’Union européenne augmente de 2% ses ambitions de réduction de GES. Initialement prévues à 55% d'ici à 2030, les politiques européennes mises en place devraient permettre de les diminuer d’au moins 57%. La précision a été faite par le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.


Lire la suite sur RFI