COP27: discussions de dernière minute pour tenter d'arracher un accord

AFP - AHMAD GHARABLI

Sans doute dernier jour de COP27 à Charm el-Cheikh (Égypte), ce samedi 19 novembre, mais toujours pas d’accord à l’horizon. Le dernier projet d’accord a été rendu public hier matin. Et depuis, les signaux ne sont pas au vert. Les négociations se poursuivent et elles sont difficiles.

Avec notre envoyée spéciale à la COP27, Charlotte Cosset

À la COP27 de Charm el-Cheikh, les pavillons se vident, les stands de cafés sont démontés. Et les délégations commencent à partir. Le Palais des congrès est bien calme ce matin après une semaine chargée où plusieurs de dizaine de milliers de personnes étaient inscrites. Depuis le vendredi 18 novembre, donc, pas de nouvelles propositions d’accord. Un nouveau texte était attendu dans l’après-midi, puis dans la nuit mais toujours rien. Ce matin, le programme des rendez-vous de la journée reste vide en attente de confirmation.

Comment trouver un consensus ?

Au point que l’on se questionne sur la possibilité de trouver un consensus dans les prochaines heures. Aurore Mathieu est la responsable politique internationale du Réseau action climat : « Oui, on peut repartir sans accord. Les pays sont assez polarisés dans leur position actuellement. Il y a vraiment un enjeu politique fort pour les pays du Sud à repartir avec ce mécanisme de financement qu’ils n’ont toujours pas eu l’année dernière et dont ils ont toujours un goût amer. Et en effet, l’Union européenne, elle, a l’impression d’avoir déjà fait le maximum. Donc, on est vraiment avec les États-Unis qui n’arrivent pour l’instant pas à se positionner. Donc, en effet, c’est très possible que chaque pays reparte chez soi sans avoir un accord chapeau à cette COP27 ».

Les États-Unis très en retrait


Lire la suite sur RFI