COP27. Changement climatique : les engagements des Etats encore insuffisants

AFP/Archives - Arsene Mpiana

A la veille de l’ouverture de la COP27, le renforcement des "contributions déterminées au niveau national" (NDC) des Etats est décevant. En l’état actuel, le monde va vers un réchauffement de 2,5°C d’ici la fin du siècle.

Les négociateurs de la Convention climat s’étaient quittés l’an dernier à la COP26 de Glasgow avec l’engagement de renforcer au cours de l'année suivante leurs promesses de réduction des gaz à effet de serre. Les 196 Etats signataires de la Convention sur le climat et engagés dans l’Accord de Paris pour limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C devaient remettre au 23 septembre 2022 de nouveaux objectifs plus ambitieux. Alors que la COP27 doit ouvrir ses portes le 6 novembre à Charm el-Cheikh (Egypte), le bilan effectué par la Convention climat est décevant. Seuls 26 Etats ont remis de nouveaux objectifs renforcés. S’ils sont tenus, le monde court vers un réchauffement de 2,5°C à la fin du siècle. C’est un progrès puisque les calculs de l’an dernier donnaient un réchauffement à 2,7°C mais c’est largement insuffisant selon le GIEC pour éviter des catastrophes climatiques à répétition.

Parmi les "bons élèves" figure l’Union européenne. Son paquet climat "fit for 55" a renforcé l’engagement des Etats membres à réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Pour la France, l’effort de réduction est de 40% ce qui a obligé le gouvernement d’Elisabeth Borne à légiférer pour accélérer l’implantation d’énergies renouvelables, la France étant en retard tant en matière de production d’énergie décarbonée que de réduction des gaz à effet de serre notamment dans l’habitat, ainsi que le rappelle le Haut Conseil pour le Climat dans son dernier rapport. Les Etats-Unis ont, eux, refermé la parenthèse Trump en votant la première loi climat d’envergure, le Inflation reduction act. Et le Japon a adopté sa "transformation verte".

2020-2030, la décennie critique pour gagner le combat climatique

Le sixième rapport du GIEC estime que les Etats n’ont plus que trois ans pour réduire effectivement les rejets en gaz à effet de serre. A la fin de la décennie, les émissions devront avoir baissé de 45% pour pouvoir espérer limiter le réchauffement à 1,5°C. Nous n’en so[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi